« Individualpädagogische Einzelmassnahmen (IP) »

Les mesures individuelles à l’étranger : une approche nuancée

Si jusqu’en 2013 le nombre des situations, dites « Individualpädagogische Einzelmassnahme (IP)», a été faible en comparaison avec le nombre total de situations à l’étranger, l’on enregistre depuis une régression constante de situations institutionnelles à l’étranger et une forte progression des mesures IP.

Les principales caractéristiques de ces mesures sont que l’accueil se fait en dehors de toute institution, soit dans des maisons familiales soit par le moyen du voyage. Les lieux d’intervention peuvent se trouver partout en Europe. De telles mesures peuvent être assumées par un seul éducateur en sa famille ou en solitaire. Sur place, la situation est suivie par un professionnel comme on le connaît pour les familles d’accueil au Luxembourg. La durée de ces mesures peut varier entre quelques semaines et quelques années. La scolarisation est le plus souvent assurée par un enseignement à distance, assuré sur place par le personnel encadrant dans un cadre à définir.

En majeur partie, il s’agit de garçons vers la fin de l’obligation scolaire qui le plus souvent ont été accueilli auparavant par des institutions telles que la psychiatrie juvénile, des centres d’accueil ou du Centre Socio-Educatif de l’Etat.

Les problématiques comportementales et relationnelles de ces jeunes font que ni les institutions du domaine scolaire, ni celles de l’aide à l’enfance, ni celles de la santé ne peuvent offrir à ces jeunes un accueil adapté à leur besoins.

Le but de la prise en charge est la plupart du temps « le plus d’autonomie possible ». S’il existe bien des situations où des jeunes ont fait une évolution très positive, il faut admettre que ceci ne constitue pas le critère de succès à fixer pour ces mesures.

Vu le setting individualisé, la mesure peut répondre à une multitude de demandes qu’une institution classique ne pourra jamais offrir. La méthodologie permet de réunir et de combiner différents facteurs d’une manière flexible : la nature, la relation stable avec un seul/deux adultes, la vie familiale, le dépaysement …. Au niveau relationnel, le contact intensif avec la personne encadrante permet au jeune de vivre une expérience qu’il n’a encore jamais connu jusque-là, à avoir confiance en quelqu’un qui est toujours présent.

La situation géographique de même que le cadre légal font que les représentants du secteur AEF n’ont guère la possibilité de se rendre sur place. Ainsi, une évaluation et un monitoring du déroulement de la situation elle-même depuis le Luxembourg (ONE, CPI) ne peuvent que rarement se faire pendant la mesure.

La vigilance reste de mise pour ces situations pour lesquelles il n’est pas garanti que les institutions locales répondent d’une manière adéquate et où le personnel encadrant peut très vite être dépassé par les événements. Citons à titre exemplaire des délits et/des fugues et autres situations de crises vécues et/ou commises par les jeunes.

La mesure individuelle répond à un besoin bien réel auquel les structures existantes ne peuvent répondre. Il s’agit de la seule forme d’accueil dans laquelle certains jeunes sont prêts à collaborer. Ainsi, les « Reiseprojekte » peuvent déclencher une reprise de conscience et de motivation pour la vie. L’expérience montre que l’accueil individuel à l’étranger peut être bien plus qu’une solution de dernière instance. Ainsi, on a vu des jeunes qui d’un isolement et blocage total sont revenus vers une intégration dans la société grâce à ces mécanismes

Il reste cependant, que ces mesures comportent toujours un potentiel danger pour toutes les parties impliquées. L’isolement géographique et social, de même que la concentration sur une ou deux personnes et la nature ne peuvent garantir la réussite d’une mesure mais uniquement garantir un certain setting de travail où la majorité des variables extérieures sont sous le contrôle de la personne encadrante. Toujours est-il que chacun de ces facteurs peut mener à lui seul à un échec du projet, voir à un danger pour les personnes impliquées.

Une discussion fondée sur l’opportunité et l’accompagnement de ces mesures, de même que sur le cadre légal qu’il faudrait mettre en place pour qu’un gestionnaire luxembourgeois puisse offrir des mesures comparables s’impose.

Erny Muller